Carnet de voyage

Carnaval: le feu est en toi!

J’ai découvert le carnaval à mon arrivée aux Antilles. Jusque là, le carnaval était synonyme de samba, Rio et de caïpirinhas of course. Ça l’est toujours mais maintenant en second plan. Aujourd’hui, dès que l’on me parle de carnaval, je pense à là caraïbe. A toutes ces petites îles, où l’espace de quelques semaines, les corps vont s’enflammer au rythme de la musique.

Le carnaval a toujours été ma période préférée de l’année. Cette période où tout est possible et acceptable. Ou la dérive devient religion et la religion, une idée saugrenue qui n’a définitivement pas sa place dans ces wouélélés endiablées. Dès les bonnes résolutions du nouvel an passées, je pensais déjà au prochain costume carnavalesque qui ferait de moi la reine de Vaval. A l’epoque, il fallait qu’il y ait peu de tissus mais surtout que ça brille. Concernant la quantité de tissu, les choses n’ont pas beaucoup changé pour certains.es., mais il faut avouer que les costumes d’aujourd’hui pourraient rivaliser avec les plus grandes fashions week. Un défilé de savoir-faire, de couleurs, d’audace, d’originalité et d’humour pour notre plus grand bonheur.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Monologue du gwo pwel

Parce que le carnaval c’est surtout ça: de l’humour. Un humour cassant, déplaisant, gênant, charnel, sexuel, politique mais où le maître mot est RIRE. Rire de l’absurdité, de la déraison, du politiquement correct, du vice. Rire pour supporter une année difficile, une vie sans saveur, du sexe sans orgasme. Rire pour communiquer sa joie, son envie de vivre, son lâcher prise, sa folie, sa beauté.

Je suis une femme de carnaval. Les gros mots dans ma bouche deviennent mélodieux, mon indécence sexy, mon auto-derision, ma signature. Pendant le carnaval, je ne suis pas jugée mais admirée. Je n’ai plus de limites. Mon croupion est une machine de guerre qui est alimentée par des litres d’alcool brûlants mon gosier usé par ces chants cochons que je crie de toutes mes forces. Vous êtes choqués? Outrés? Vous pouvez! Mais je continuerais à chanter, à bouger mon corps jusqu’à ce Vaval soit brûlé sur le bûcher, parce que ça c’est ma culture, c’est chez moi.

VIVE LE CARNAVAL !!!!!

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé et aujourd’hui on n’a pas trouvé mieux que le préservatif pour se protéger.

BON CARNAVAL À TOUS!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *